Rencontre avec Christine GEOFFROY Secrétaire Générale des TAAF

Le Cluster Maritime de La Réunion a reçu le 12 septembre Christine GEOFFROY, Secrétaire Générale des TAAF, pour une fructueuse séance de travail. Lors de cette réunion, chacun a pu prendre conscience de l'importance économique, stratégique et écologique de ces territoires. Cette rencontre contribue à préparer les manifestations qui auront lieu en décembre avec le lancement de l'Institut Bleu et l'avancement des travaux d'Océan METISS.

Les éléments à retenir de cette intervention sont :

1/ Présentation des TAAF :

Les Terres Australes et Antarctiques Françaises sont constituées de 5 districts géographiques :

- Sur le continent Antarctique : La Terre Adelie

- Dans les régions subantarctiques du Sud de l'Océan Indien : les îles Kerguelen, l'archipel de Crozet et les îles St Paul et Amsterdam.

- Dans le canal du Mozambique, les îles Eparses.

Les TAAF gèrent une ZEE de 2.3 Millions de Km² et constituent des observatoires de l'environnement reconnus à l'échelle mondiale avec une réserve naturelle nationale de 600 000 Km². Dans les Eparses, le parc naturel marin des Glorieuses, créé en 2012, s'étend sur 43000 km². Ces territoires "hotspots" de la biodiversité, constituent des laboratoires à ciel ouvert des sciences de la vie et de la terre.

Les MARION DUFRESNE, navire polyvalent géré par LDA, assure le ravitaillement des trois districts austraux 4 fois par an. Le nouveau navire brise-glace ASTROLABE, propriété des TAAF et géré par la Marine Nationale dans le cadre d'un partenariat innovant, assure le ravitaillement des bases antarctiques et des missions de surveillance dans les ZEE des TAAF.

Les territoires des TAAF n'ont jamais disposé d'une population autochtone. L'administration des TAAF assure une présence française continue avec un effectif de 175 personnes, auquel il faut ajouter les militaires et les scientifiques.

2/ Politique maritime française dans les TAAF

L’action de l’Etat dans les TAAF intègre la préservation du milieu marin, le développement économique fondé sur la valorisation des richesses marines et la gestion des risques et des menaces. L’organisation de l’action de l’Etat en mer repose sur la mutualisation des moyens. Il s’agit principalement de la lutte contre la pêche illicite et l’exercice de la souveraineté nationale. Les navires des TAAF, de la Marine Nationale et de la Direction de la Mer, accompagnés par la surveillance du CROSS Réunion, assurent une présence régulière de l’Etat en mer avec un rôle dissuasif fort, malgré l’immensité des espaces à surveiller.

Les TAAF assurent un suivi « au plus près » de la ressource halieutique, en partenariat étroit avec le muséum d’histoire naturelle. Des campagnes d’observation et d’évaluation scientifique ont lieu régulièrement, en collaboration avec les armateurs de pêche australe.